Fermeture de l'alerte

Des restaurations à la Conciergerie

Des restaurations à la Conciergerie ? Découvrez toutes les évolutions qu'a connu le monument !

© Ilona Thoumazet / Centre des monuments nationaux

 

Le monument de la Conciergerie est l’héritier de la longue et complexe histoire du palais de la Cité : résidence des rois médiévaux de France, il est un des hauts lieux de pouvoir et de justice pendant l’Ancien régime, même si sa mémoire est surtout attachée à son rôle au moment de la Révolution française, comme siège du Tribunal révolutionnaire et comme prison.

  

© Caroline Rose / Centre des monuments nationaux

Un peu d'histoire ...

Les restaurations du XIXe siècle

C’est au XIXe siècle que l’aspect général actuel du palais de justice prend jour lors des travaux d’agrandissement de l'édifice. En 1817, Peyre, à la demande de Louis XVIII, lance les travaux de restauration du palais capétien. 

Après les espaces dévolus à la prison, la salle des Gens d’Armes est la première à retrouver son état d’origine bien qu’une importante consolidation générale soit nécessaire.

En effet, le non alignement des nouveaux piliers sur ceux de la salle basse met en péril tout le bâtiment et menace ruine. La salle des Gardes débarrassée de ses cachots prend la suite.

  • De 1820 à 1828, une façade s’élève entre la tour de l’horloge et la tour Bonbec dans laquelle s’inscrit le nouvel accès à la Conciergerie.
  • De 1847 à 1871, une façade est érigée sur le boulevard du Palais tandis que la Tour de l’horloge est restaurée. 

  

© Étienne Revault / Centre des monuments nationaux

Un incendie menace les rénovations

En 1871, lors de la Commune de Paris, l’incendie dévaste une grande partie du Palais de justice alors presque achevé.

Une nouvelle restauration des salles médiévales de la Conciergerie débute en 1876. Bien que le plan d’origine soit conservé, les murs sont remaniés, les piliers médians refaits et agrémentés de sculptures, un escalier à claire-voie installé. Dans la salle des gardes, les maçonneries sont reprises, des fenêtres hautes ménagées. 

Malgré toutes ces interventions, l’intégrité du plan d’ensemble des salles médiévales est conservée. De même, la valeur esthétique et le poids symbolique du Palais de la Cité sont préservés. 

La Conciergerie est classé monument historique en 1862.Une partie du monument se visite à partir de 1914. L’activité carcérale est définitivement suspendue en 1934.

   

© Ilona Thoumazet / Centre des monuments nationaux

Une nouvelle Révolution à la Conciergerie !

Le projet du CMN 

La Conciergerie présente au public les deux facettes médiévale et révolutionnaire. La scénographie des salles révolutionnaires datait pour l’essentiel des célébrations du bicentenaire en 1989. Le parcours révolutionnaire méritait d’être remis en lumière.
C’est avec cet objectif qu’en 2015 le CMN a engagé d’ambitieux projets de restauration, de mise en valeur des collections, de réaménagement de la scénographie et de médiation numérique. 

La refonte du parcours révolutionnaire permet de mieux faire comprendre ce qu’a été cet événement fondateur de la République : la Révolution française. Au préalable, un chantier des collections a été mené pour affiner la connaissance et améliorer la conservation des objets présentés. 

La Conciergerie bénéficie par ailleurs pour cette nouvelle présentation d’un prestigieux dépôt de tableaux et d’objets du Musée Carnavalet - Histoire de Paris.

  

Un parcours entièrement repensé

Le nouveau parcours cherche à faire redécouvrir la Révolution de façon plus nuancée, en montrant à la fois ses plus belles aspirations et ses travers les plus sombres. En ce haut lieu de gouvernement, de justice et d’incarcération, qu’ont été la Conciergerie et le palais de la Cité, une large place est faite à l’évocation de la justice, depuis l’esprit réformateur de 1789 jusqu’à la Terreur. 

   

© Ilona Thoumazet / Centre des monuments nationaux

  

De nombreux objets exceptionnels relatifs au souvenir de la reine y sont présentés, qu’ils lui aient appartenu comme une des chemises qu’elle portait en détention, ou qu’ils aient perpétué sa mémoire. 
Des dispositifs de médiation variés, films, maquettes animées, table multimédia, rendent cette expérience à la fois instructive et accessible à tous. 

  

© Ilona Thoumazet / Centre des monuments nationaux

Pour en découvrir plus : 

Retrouvez nos autres articles explorer

Retrouvez les dernières actualités de la Sainte-Chapelle. 

MenuFermer le menu